LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Bonjour,
Bienvenue sur le forum : http://http://www.camerone.net. Ce Forum est RESERVE aux Légionnaires de tout Grade et les Membre d'une Amicale de la Légion . IMPORTANT, dés votre connexion au forum vous devrez . REMPLIR COMPLETEMENT votre profil et vous présenter aux membres et émarger lma charte(dans les 48h) pour officialiser votre inscription Et surtout remplir complétement le profil A DÉFAUT VOTRE INSCRIPTION SERRA SUPPRIMÉE .
AMITIÉS LÉGIONNAIRES

LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

LA LEGION ETRANGERE , SON HISTOIRE , SES TRADITIONS ET SES AMICALES
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guerre civile tchadienne (1965-1979)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RES ADMIN
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

Masculin DATE D' INSCRIPTION : 29/11/2011

MessageSujet: Guerre civile tchadienne (1965-1979)   Jeu 8 Déc - 9:33:43

Guerre civile tchadienne (1965-1979)












La Première Guerre civile tchadienne débute fin 1965 par une révolte contre le régime de François Tombalbaye,
considéré comme représentatif de la domination politique des ethnies du
sud du Tchad sur celles du nord et du centre. Il se termine par
l'établissement en 1979 du Gouvernement d'union nationale et de transition, formé par différents groupes rebelles nordistes et présidé par Goukouni Wedeye. L'opposition entre Goukouni Wedeye et Hissène Habré conduit à la Deuxième Guerre civile tchadienne dès 1979.

Histoire


Suite aux émeutes paysannes d'octobre 1965 dans le département de Mangalmé, plusieurs militants du Front de libération du Tchad et de l'Union nationale tchadienne s'unissent en avril 1966 à Nyala (Soudan) pour former une organisation politico-militaire, le Frolinat, visant le régime de François Tombalbaye. Sous la direction d'Ibrahim Abatcha, secrétaire général de l'organisation, le Frolinat implante des maquis dans le Guéra et le Salamat dès 1966 auprès de l'ethnie ouaddaïenne (« 1re Armée ») puis dans le Borkou-Ennedi-Tibesti en 1968 auprès de l'ethnie gorane (« IIe Armée »). Ibrahim Abatcha est tué lors d'un combat le 11 février 1968. Il est remplacé au poste de secrétaire général par Abba Siddick1.

Les première troupes françaises dont une compagnie du 3e RPIMa, 2 Nord 2501 et 4 Douglas AD Skyraider
débarquent le 25 août 1968 pour soutenir l'armée tchadienne. Les
rebelles sont repousé alors qu'ils menacent la capitale avec l'appui
français, un début de conciliation débute et les forces française
repartent le 25 novembre 1968. Mais rien ne se regle et elles devront
revenir en avril 19692. Dans une embuscade du FROLINAT, le 11 octobre 1970, on enregistra 12 tués et 25 blessés français contre plus de 60 miliciens tués3.

Soutenu par la Libye et recrutant principalement dans les ethnies nordistes musulmanes, le Frolinat est dirigé par des membres de l'ethnie Tédas
à partir du début des années 1970. Au sein du mouvement apparaît deux
courants opposés, marxiste et islamique, source de tensions à la fin des
années 1960, tandis que Abba Siddick est de plus en plus contesté. En
1970, Mahamat al-Baghalani, moteur du courant islamique, est exclu du Frolinat et fonde durant l'été une première scission, l'Armée Volcan. En 1971, des combats fratricides opposent la Ire et la IIe Armée. En octobre 1972, sous la direction de Goukouni Wedeye et Hissène Habré, la Ire Armée se sépare du Frolinat pour fonder le Conseil de commandement des forces armées Nord à Gomour. En 1976 c'est au tour du Frolinat - 1re Armée de prendre son indépendance sous la direction de Mahamat Abba Seïd. Le Frolinat - 1re
Armée s'implante principalement dans l'est ainsi que l'Armée Volcan,
tandis que le Conseil de commandement des forces armées Nord contrôle
dans la première partie des années 1970 l'essentiel du
Borkou-Ennedi-Tibesti1.

Tout le long du début des années 1970. Tombalbaye critique les performances médiocre de l'armée nationale tchadienne
dans ce conflit, cela irrite le corps des officiers et dissipé leurs
loyautés. Il pratique de fréquentes purges et remaniements. En mars
1975, Tombalbaye ordonne l'arrestation de plusieurs officiers
supérieurs, comme suspects dans un tentative de pusch.

Le 13 avril 1975, plusieurs unités de la gendarmerie de N'Djamena, agissant sous la direction initiale de jeunes officiers et du chef d'état-major Noël Milarew Odingar renverse Tombalbaye lors d'un coup d’État. Le chef de l'État est assassiné dans des circonstances obscures. Le 15 avril, l'ancien commandant de l'armée nationale tchadienne, Félix Malloum
arrêté le 24 juin 1973, devient président du Conseil supérieur
militaire (CSM, organe suprême chargé de diriger le pays, puis chef de
l'État quelques mois plus tard4.

Suite à l'accord de Khartoum en 1977, Hissène Habré et les Forces armées du Nord s'allient au régime de Félix Malloum. Hissène Habré est nommé Premier ministre
le 29 août 1978. Il tente un coup d'État en février 1979, mais
n'obtient pas une victoire totale. Goukouni Wedeye, à la tête des Forces armées populaires
(originellement constituées de l'union en mars 1978 du Frolinat -
Comité militaire interarmées provisoire, de l'Armée Volcan et du
Frolinat - 1re Armée), lui vient en aide au mois de février, malgré ses
différents avec lui, permettant la chute du gouvernement « sudiste ». En
novembre 1979, Goukouni Wedeye, dirigeant des Forces armées populaires, prend le pouvoir et devient président du Gouvernement d'union nationale et de transition, combattu par différentes factions nordistes proche d'Hissène Habré, déclenchant la Deuxième Guerre civile tchadienne1.

Notes et références
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTIAN CLAISE
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

DATE DE NAISSANCE : 08/09/1954
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 13/11/2011

MessageSujet: BON A RAPPELER   Jeu 8 Déc - 11:20:33


Merci Christian, c' était bon de le rappeler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: coucou de marseille   Jeu 8 Déc - 11:46:23

bonjour le tchad sera toujours divisé il y a autant de dialeques que de langues parlé sur une distance de 10 km on trouvait des fois 3 ou 4 langues et dialéques différents au sud les tchadiens sont majoritérement catholique et trés pauvres au nord ils sont musulmans et plus riches ajouté la barriére de la langue et vous avez une poudriére a retardement cordialement
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTIAN CLAISE
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

DATE DE NAISSANCE : 08/09/1954
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Guerre civile tchadienne (1965-1979)   Jeu 8 Déc - 14:08:10

C'est bien vrais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: coucou de marseille   Mer 18 Jan - 13:29:25

bonjour oui j'y été d'octobre 1969 a décembre 1970 au tchad passé la route a massaguet on avait de la piste et puis plus de piste du tout ,partout la désolation des cadavres ,des mutilés et plus rien ils se volaient les uns les autres particulirément le bétails qui représente un signe extérieur de richésses et les préféts se comportaient le plus souvent en seigneur de guérre il se faisaient des éxpéditions punitive entres eux une fois ont a méme participé a une de ses expédition on a récupérés environ 300 tétes de bétails que le préfet a distribué a ses admministrés en gardant une bonne parti pour lui mais ça c'est une autre histoire cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guerre civile tchadienne (1965-1979)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre civile tchadienne (1965-1979)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guerre civile tchadienne (1965-1979)
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» [Guerre civile]Les Etats-Confédérés d'Amérique contre les Etats-Unis d'Amérique [VICTOIRE SUDISTE]
» [Guerre Civile] Seconde guerre civile irakienne
» [Guerre civile] Liban

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI :: HISTOIRE DE LA LEGION - LES CONFLITS - LES OPEX :: LES OPEX - :: TCHAD-
Sauter vers: